Catégories
Guide d'achat

Renault Zoé : qualités, défauts et bilan fiabilité

La Renault Zoé a participé à l’essor des voitures électriques. Mais est-elle fiable ?

Lancée au printemps 2013, la Renault Zoé continue sa carrière avec un certain succès malgré une concurrence grandissante. La première génération s’est vendue à presque 90 000 exemplaires. Avec une telle diffusion, il est devenu assez facile d’en dénicher une sur le marché de l’occasion. Voici les points à vérifier avant de devenir propriétaire de cette sympathique citadine polyvalente 100 % électrique…

Renault Zoé I : qualités et défauts

L’esthétisme est une affaire de goût mais dans le cas de cette Zoé, il faut bien admettre que cette ligne a le mérite d’attirer l’œil sans pour autant en faire trop, un peu à l’image de la Peugeot 208 dont vous trouverez le bilan fiabilité ici-même.
Autre avantage que l’on retrouve sur tous les modèles électriques : le silence à bord. En ville, c’est un régal. Sur route, ce sont les bruits de roulement et d’air qui dominent contrairement à un modèle thermique, le confort acoustique est au rendez-vous même dans cette situation.
Le niveau de performances fait aussi partie des qualités de la citadine de Renault. Sur la version Q90 de 88 chevaux proposée dès le lancement, les accélérations sont plutôt bonnes. Il suffit d’appuyer franchement sur l’accélérateur pour passer de 0 à 100 km/h en 13.2 secondes, un chiffre qui n’a rien d’exceptionnel à première vue mais les sensations sont bien différentes au volant dans la mesure où il n’y a aucune inertie au démarrage, ce qui donne une impression d’accélération franche, un phénomène qui s’estompe aux environs des 70-80 km/h…
Citons encore un point fort : l’autonomie avec la batterie de 41 kWh. Cette version ZE40 est capable de réaliser plus de 300 km en cycle mixte voire beaucoup plus en milieu urbain, son terrain de jeu favori. La version 22 kWh n’affiche quant à elle qu’une autonomie comprise entre 150 et 200 km. Suffisant pour des allers-retours urbains quotidiens, mais il ne faut pas trop s’éloigner des agglomérations…
Enfin, un dernier avantage indéniable : le coût d’utilisation. Le coût d’entretien est particulièrement réduit. Renault propose d’ailleurs un forfait entretien à un peu moins de 100 €, ce dernier devant être réalisé tous les 20 000 km ou tous les ans. Pas de vidange, pas de filtres à remplacer hormis celui d’habitacle, pas de bougies, pas de batterie potentiellement défaillante (exception faite de la batterie principale bien entendu), le coût annuel de la Zoé est relativement limité. Même les freins ont une durée de vie supérieure à la moyenne grâce au frein moteur amplifié inhérent à ce type de motorisation.

Evidemment, la Zoé présente certains défauts. Dès le lancement, Renault a imposé la location des batteries même en cas d’achat du véhicule. Cette obligation a pris fin au printemps 2018. De nombreux modèles se retrouvent donc sur le marché de l’occasion avec un loyer mensuel à payer. Mieux vaut le savoir !
L’intérieur de la première génération de Zoé ne fait pas très haut de gamme. La faute à un choix de plastiques relativement grossiers que les coloris souvent clairs, plutôt agréables à première vue, n’ont jamais fait oublier. Les assemblages souffrent également la critique.

Renault Zoé : le bilan fiabilité

Comme vous allez le constater, la Zoé a souffert d’un certain nombre de défaillances. En premier lieu, sur la version Q90 de 88 ch, plusieurs conducteurs se sont plaints de l’impossibilité de démarrer, en particulier sur les modèles produits avant août 2017, date à laquelle Renault a semble-t-il réagi.
Sur les déclinaisons R90 (82 ch) et R110 (108 ch), les pannes sont diverses. Plusieurs dysfonctionnements au niveau de la recharge ont été signalés. La gestion électronique a également été mise en cause. Mais la plupart de ces soucis ont été réglés à partir de la fin de l’année 2018.
Le frein de stationnement électrique peut générer des à-coups alors même que le véhicule roule. Dans certains cas, il peut ne pas se verrouiller. Des mises à jour électroniques ont dû également être effectuées en concession.
Un autre type d’inconvénient : les bruits d’amortisseurs. Même si ce problème ne met en aucun cas en jeu la sécurité des occupants, il peut occasionner une gêne sonore.
Des fuites de liquide de frein ont également été recensées sur les versions sorties d’usine avant octobre 2014. Ce sont les flexibles qui sont bien souvent en cause. Un rappel a d’ailleurs été réalisé par Renault en 2016.

Intérieur clair Renault Zoé 1ère génération

Evidemment, la Zoé n’est pas épargnée par les difficultés avec son système R-Link comme sur la grande majorité des modèles Renault. Les mises à jour effectuées ne parviennent pas systématiquement à enrayer le problème…
Certaines pannes de climatisation ont été prises en charge par la marque suite à des anomalies au niveau des joints d’étanchéité.
Plus ennuyeux encore, le levier de transmission peut se bloquer.
Nous avons évoqué plus haut le choix opéré par Renault d’installer, sur certaines finitions, des plastiques clairs de mauvaise qualité sur la planche de bord. Certains propriétaires se plaignant de reflets exagérés sur le pare-brise, ont demandé à ce qu’ils soient purement et simplement remplacés.
Enfin, au niveau de la carrosserie, la peinture est réputée fragile. Attention notamment à ne pas approcher le jet haute-pression trop près du véhicule, au risque de voir le vernis s’échapper…

Quelle motorisation choisir sur la Renault Zoé 1ère génération ?

Le meilleur choix semble être la version R110, lancée en janvier 2017, qui offre à la Zoé une certaine homogénéité en particulier sur les grands axes. Le gain est réel en reprises. Les versions inférieures, Q90 et R90, peuvent faire l’affaire dans des conditions de circulation urbaines et péri-urbaines.
Quoiqu’il en soit, la batterie de 41 kWh est fortement conseillée car elle autorise une autonomie très correcte, laquelle diminuera nécessairement avec le temps et l’usure de la batterie. Imaginez ce que cela pourra donner avec la petite batterie de 22 kWh au bout de quelques années, l’autonomie passera inévitablement sous les 100 km…

Moteur R110 avec batterie 41 kWh sur Renault Zoé.

Quelle finition choisir ?

Déclinée initialement en trois finitions Life Zen et Intens, la Zoé se montre généreuse dès l’entrée de gamme Life en proposant notamment la climatisation automatique, le régulateur-limiteur de vitesse, le système R-Link avec GPS, etc… Les finitions supérieures n’offrent que très peu d’équipements supplémentaires, elles ne sont véritablement intéressantes que si vous souhaitez améliorer le style global de l’auto, qu’il s’agisse de l’intérieur ou de l’extérieur.

En conclusion

La Zoé a du charme, elle est économique, offre un certain agrément de conduite, mais elle est loin d’être parfaite sur le plan de la fiabilité. Si la majorité des problèmes ont été réglés en usine en 2018, soit seulement une petite année avant son « remplacement », prenez garde au moment de l’achat et demandez systématiquement la liste des opérations techniques réalisées sur le modèle convoité.

Par Olivier

Passionné d'automobile depuis mon plus jeune âge, j'ai décidé il y a quelques années de partager ma passion avec vous. Au programme : des essais bien sûr, mais aussi des articles pratiques, des conseils, des infos...

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s